Le mot du maire

Merci mon colonel !

"La vie est un champ de bataille où naissent les héros qui meurent pour que l'on vive". Cette citation du neuro-psychiatre français Boris Cyrulnik illustre parfaitement ma pensée après les drames de Carcassonne et de Trèbes dans l'Aude.

Quatre victimes innocentes, Jean Mazières, Hervé Sosna, Christian Medvès et Arnaud Beltrame. Retenez ces noms, pas celui de l'assassin. Non seulement ne le mérite-t-il pas, mais ce serait accorder de l'importance à sa manière indéfendable de plaider sa cause.

Par contre, nous garderons dans notre mémoire collective celui du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, (fait colonel à titre posthume). L’officier a proposé au tueur de prendre la place de Julie, la caissière du Super U qu'il tenait en otage. Il était prêt à sacrifier sa vie au nom de ses valeurs et est demeuré fidèle à son engagement de gendarme.

Comme le dit si bien Robert Badinter dans le vibrant hommage qu'il lui a rendu sur France 2 "le sacrifice du gendarme Beltrame est à l'opposé du crime du djihadiste, qui meurt pour que d'autres êtres humains meurent avec lui ou à cause de lui. [...] C'est pour épargner la vie d'innocents qu'il a donné la sienne. [...] C'est la plus noble expression de la fraternité. [...] Que son souvenir demeure vivant à travers les générations. Il a servi la cause de l'humanité toute entière. "

Le 5 avril dernier, j'ai, à l'ouverture du conseil municipal, fait observer une minute de silence en hommage au colonel Beltrame et aux victimes de ces crimes abjects.

Merci, mon colonel !


Votre dévoué maire

Bernard MORAINE

Twitter Facebook Google Plus email

Mairie :

  • 3 quai du 1er Dragons, 89300 Joigny
  • Du lundi au jeudi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h
  • Vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 16h30.
 
Tél 03 86 92 48 00 / Fax 03 86 92 48 01
Top